Prix et délai

Résidentiel

  • 529 $ pour un prélèvement
  • 699 $ pour deux prélèvements
  • 259 $ pour tout prélèvement additionnel

Commercial et multilogement

  • Veuillez communiquer avec nous

Délai

  • Résultat préliminaire en un jour ouvrable

Questions? Rendez-vous?

Vous pouvez nous téléphoner au 514 990-2063 ou bien remplir
le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons dès que possible.

Qualité et crédibilité
du test

Depuis 1999, nous avons réalisé plus de 42 000 tests de pyrite. Nous travaillons en collaboration avec les géologues du laboratoire de Les services exp inc., membre de l’Association des firmes de génie-conseil – Québec (AFG) et accrédité ISO 9001. Ces géologues sont, comme Multitest, dûment assurés contre les erreurs et omissions.

En quoi consiste
le test de pyrite?

Il s’agit de prélever un échantillon du remblai (pierre concassée) situé sous la dalle (plancher) de béton pour déterminer s’il y a un potentiel de gonflement qui pourrait endommager le bâtiment.

Les constructions après 1999 sont-elles visées?

Oui! Le test de pyrite concerne toutes les propriétés, incluant celles construites après 1999 puisque le Code national du bâtiment n’oblige pas les constructeurs à utiliser un remblai non gonflant (aussi appelé remblai DB). Pour les bâtiments résidentiels construits depuis le 1er janvier 2016, veuillez consulter la section “EN SAVOIR PLUS” ci-dessous.

En savoir plus sur nos tests de pyrite

But du test de pyrite

Un gonflement du remblai sous la dalle de béton peut se produire s’il y a suffisamment de roches gonflantes dû à la présence de pyrite. Le test de pyrite consiste donc à identifier les types de roches qui composent le remblai pour déterminer si ce dernier est potentiellement gonflant. Il ne s’agit pas de déterminer la quantité de pyrite. En effet, il y a de la pyrite dans presque toutes les roches et elle ne cause pas de dommage si ces roches sont de bonne qualité. En conclusion, la pyrite ne constitue pas un problème en soi, c’est plutôt de la qualité du remblai dont il faut se préoccuper.

Méthodologie

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et la Société d’habitation du Québec (SHQ) recommandent d’utiliser le Protocole CTQ-M200 pour les tests de pyrite. Ce dernier établit les procédures et les méthodes pertinentes pour chacune des étapes ainsi que les compétences requises. Multitest se conforme à ce protocole. Le temps requis pour le prélèvement d’un échantillon est d’environ 45 minutes et les lieux sont laissés propres et sans poussière.

  1. Le relevé visuel 
    Le technicien de Multitest effectue un rapport des dommages qui pourraient avoir été causés par la pyrite à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment.
  2. Le prélèvement de l’échantillon
    Le technicien du laboratoire perce un trou de 250 mm (6 po) de diamètre à travers la dalle de béton pour prélever un échantillon du béton, du remblai et, si possible, du sol sous-jacent au remblai. Le trou dans la dalle de béton est réparé immédiatement avec du ciment.
  3. L’analyse en laboratoire 
    Le géologue du laboratoire vérifie si le béton a été affecté par des réactions chimiques et si le sol sous-jacent a un potentiel de gonflement. Enfin, il établit le potentiel de gonflement du remblai et détermine si des désordres sont à prévoir dans le futur.
  4. Conclusion
    À partir de notre relevé visuel et du rapport du laboratoire, Multitest conclut s’il est impératif ou non de procéder à des travaux correctifs.
  5. Rapport écrit
    Nous remettons un rapport récapitulatif complet incluant nos recommandations, notre relevé visuel des désordres et le rapport technique du laboratoire.

L'indice de gonflement (IPPG)

Selon le Protocole CTQ-M200, le remblai est qualifié selon un indice de gonflement appelé Indice Pétrographique du Potentiel de Gonflement (IPPG). L’IPPG n’est pas un pourcentage de pyrite. Il s’agit vraiment d’un indice variant sur une échelle de 0 à 100, le plus près de 0 étant le mieux.

IPPG QUALIFICATION
0 à 10 Négligeable
11 à 20 Faible
21 à 40 Faible à moyen
41 à 60 Moyen à élevé
61 à 80 Élevé
81 à 100 Extrêmement élevé

Puisque la pyrite à l’intérieur des roches s’oxyde lentement, les dommages observables sont lents et progressifs. De sorte que pour les immeubles âgés d’au moins 40 ou 50 ans, nous avons normalement une bonne idée des désordres qui auraient dû apparaître. En effet, au fur et à mesure que le temps passe, les grains de pyrite s’oxydent et il y en a de moins en moins dans les roches.

Qu'est-ce que la pyrite?

La pyrite est un sulfure de fer contenu dans le remblai (pierre concassée) sous la dalle (plancher) de béton du sous-sol ou du garage. Elle peut causer des dommages à la dalle de béton et aux fondations.

Les 3 phénomènes causés par la pyrite

Le premier phénomène résulte du fait que la pyrite peut s’oxyder en présence d’humidité et d’oxygène, puis former des cristaux de gypse. Ceux-ci occupent alors un volume beaucoup plus important, d’où le gonflement du remblai, puis possiblement la fissuration de la dalle de béton, avec ou sans soulèvements (bosses). Si le remblai est relativement profond, comme pour les garages situés au niveau de la rue, des poussées latérales pouvant endommager les murs de fondation sont alors possibles.

Il y a un deuxième phénomène qui se rajoute au gonflement du remblai : la sulfatation de la dalle de béton. En effet, les solutions chimiques formées dans le remblai lors de l’oxydation sont parfois absorbées par la dalle de béton, ce qui peut provoquer des fissures, avec ou sans soulèvements, sans toutefois affecter les fondations du bâtiment.

Enfin, il y a un troisième phénomène : le gonflement du roc naturel sous la propriété. Comme certaines carrières de la Rive-Sud de Montréal ont dans leur sol des roches argileuses gonflantes (principalement du shale) dû à la présence de pyrite, il en va de même pour le sol naturel sous certains bâtiments, principalement sur la Rive-Sud. Les dommages importants sont cependant beaucoup plus rares dans de tels cas.

Dommages causés par la pyrite

Les dommages à la dalle de béton ou aux fondations surviennent généralement 10 ans ou plus après la construction du bâtiment. La progression des dommages se fait lentement et peut s’échelonner sur plus de 50 à 70 ans. Il n’y a pas de conséquence négative quant à la qualité environnementale des sols et à la santé des occupants. Cependant, des fissures dans la dalle de béton ou les fondations peuvent augmenter l’humidité au sous-sol du bâtiment et provoquer l’apparition de moisissures affectant ainsi la qualité de l’air.

Les soulèvements (bosses) sur la dalle de béton peuvent être considérés non nuisibles s’ils ne dépassent pas environ 10 mm (moins d’un demi-pouce). Bien sûr, le degré de tolérance de l’occupant et l’usage du bâtiment sont déterminants. Si les soulèvements excèdent 10 mm, ils peuvent pousser verticalement sur le faux-plancher et les cloisons (murs de division) du sous-sol, les fissures et même affecter l’étage supérieur.

Les murs de fondation du sous-sol ne seront pas endommagés par un gonflement dû à la pyrite, car l’épaisseur du remblai est normalement inférieure à 300 mm (12 pouces). Le géologue du laboratoire est généralement plus conservateur dans ses conclusions lorsque le remblai a une épaisseur de plus de 500 mm (20 pouces). L’ampleur des dommages dans les garages situés au niveau de la rue peut être plus importante, et cela pour deux raisons : il y a fréquemment plus de 500 mm de remblai sous la dalle de béton du garage et les constructeurs y ont souvent mis un remblai d’une qualité inférieure à celle du sous-sol.

Les murs de fondation (structure du bâtiment) sont donc susceptibles d’être affectés lorsque l’épaisseur du remblai est importante.

dommages-pyrite

Constructions après 1999 visées?

Oui! Le test de pyrite concerne toutes les propriétés, incluant celles construites après l’an 1999, car même si une norme quant à l’utilisation du remblai DB (c’est-à-dire non gonflant) a été adoptée en 1999, le Code national du bâtiment n’oblige pas les constructeurs à utiliser un remblai non gonflant. Ils le font sur une base volontaire seulement. À moins d’avoir un certificat de remblai DB, un test de pyrite est recommandé.

Depuis le 1er janvier 2016, la Garantie de construction résidentielle (GCR) exige un remblai de qualité DB pour les nouvelles constructions résidentielles (5 unités et moins). À compter de cette date, la GCR demande, sur une base aléatoire seulement, un bon de livraison en guise de preuve du remblai DB. Cliquez ici pour plus de détails.

Impact sur la valeur de l'immeuble

En ce qui concerne la réaction du marché immobilier aux problèmes associés à la pyrite, l’expérience nous a démontré qu’il y a un impact négatif direct sur le prix de la propriété, et ce, même s’il n’y a pas de désordres apparents, car le potentiel de gonflement (et donc de dommages) existe.

Vice caché?

Oui ça peut l’être, et ce, même si le problème de la pyrite n’était pas connu des constructeurs avant 1997, l’année où le public en a pris connaissance. En vertu du droit applicable au Québec, le délai de prescription est de trois ans après la découverte du vice.

Il n’y a aucune limite quant à la durée de temps entre l’achat de l’immeuble et la découverte du vice; par contre, suite à cette découverte, l’acheteur doit en aviser son vendeur sans tarder. Nous vous suggérons de consulter un avocat au besoin.

25 % des bâtiments affectés?

Environ un immeuble testé sur quatre (25 %) a un remblai avec un potentiel de gonflement qui peut provoquer des dommages. Les bâtiments concernés ne subiront pas tous des désordres significatifs. De ce nombre, seulement un faible pourcentage auront un risque de dommages potentiels aux murs de fondation (structure du bâtiment).

Régions concernées?

La plupart des bâtiments affectés sont situés sur la Rive-Sud, dans l’est (Pointe-aux-Trembles, Rivière-des-Prairies, Repentigny, etc.) et dans l’ouest de Montréal (Dollard-des-Ormeaux, Pierrefonds, Pointe-Claire, etc.). Beaucoup d’autres régions sont concernées sur et autour de l’île de Montréal, mais à un degré moindre que celles précitées. En effet, nous faisons régulièrement des tests de pyrite dans les 91 villes de la région métropolitaine de Montréal et y trouvons souvent des immeubles affectés.

Coûts des travaux correctifs

Sans compter les coûts reliés à la démolition et à la reconstruction de la finition, les travaux correctifs sont de 25 $ à 35 $/pi2 (p. ex. pour un garage simple de 20 pieds par 10 pieds, le coût pourra varier entre 6 000 et 8 000 $). Les travaux consistent à remplacer la dalle (plancher) de béton et le remblai (pierre concassée) jusqu’au sol sous-jacent. Le remblai doit être de qualité DB (cliquez ici pour plus de détails) et une membrane pare-vapeur (p. ex. une toile de polyéthylène) doit être placée sur le remblai avant de couler la nouvelle dalle de béton.

Nous ne faisons pas de tels travaux. Nous pouvons toutefois vous référer des entrepreneurs au besoin.

FAQ sur les tests de pyrite

En quoi consiste un test de pyrite?

Il s’agit de prélever un échantillon du remblai (pierre concassée) sous la dalle (plancher) de béton pour déterminer s’il y a un potentiel de gonflement qui pourrait endommager le bâtiment. Cliquez ici pour plus de détails sur le test de pyrite.

Puis-je choisir l'heure de mon test?

Non. Nous communiquerons avec vous la veille du test pour confirmer l’heure du rendez-vous.

Combien de temps vos techniciens seront sur place?

Environ 45 min pour 1 prélèvement et 1 h 15 pour 2 prélèvements.

Un test de pyrite a déjà été fait pour ma maison, un nouveau test est-il pertinent?

Normalement, non. Dans des cas particuliers, ça peut être pertinent, veuillez nous appeler au besoin.

Ma maison a été construite en 1999, y a-t-il un risque?

Oui! Le test de pyrite concerne toutes les propriétés, incluant celles construites après 1999 puisque le Code national du bâtiment n’oblige pas les constructeurs à utiliser un remblai non gonflant (aussi appelé remblai DB). Pour les bâtiments résidentiels construits depuis le 1er janvier 2016, veuillez consulter la section EN SAVOIR PLUS de la section test de pyrite.

Est-ce bruyant?

Pas plus qu’un puissant aspirateur.

Votre rapport est valide pendant combien d'années?

Nous conservons votre rapport durant 25 ans. L’indice de gonflement (IPPG) ne changera pas au fil du temps, mais il est possible que des dommages apparaissent ou évoluent.

Réparez-vous le trou effectué pour le test?

La dalle de béton sera immédiatement réparée avec du ciment. Par contre, si nous devons percer un faux-plancher, ce dernier ne sera pas réparé.

Quel est l'indice de gonflement (IPPG) idéal?

Un IPPG de 10 et moins ne causera pas de gonflement du remblai alors que pour un IPPG de 11 et plus, l’ampleur des dommages potentiels variera.

Est-ce salissant ou polluant?

Non. La carotteuse à béton est électrique et ne produit pas de poussière. Les lieux seront laissés propres.

J'ai un beau plancher de bois franc, où allez-vous faire le trou?

Si la dalle de béton n’est pas accessible, nous pouvons forer à des endroits moins visibles tels que dans une garde-robe, sous un four, etc.

Faites-vous des travaux correctifs en cas de test positif?

Nous ne faisons pas de tels travaux. Nous pouvons toutefois vous référer des entrepreneurs au besoin.

Témoignages de nos clients sur nos tests de pyrite

« Lors de mon test de pyrite, vos techniciens ont été rapides, propres et professionnels. Les résultats d’analyse m’ont été expliqués clairement par un de vos directeurs. Merci à toute votre équipe pour l’excellent travail! »

Johanne Gravelle, Dollard-des-Ormeaux

« Je tiens à remercier toute votre équipe pour votre excellent service! Avec des délais serrés aux répercussions majeures dans notre transaction, j’apprécie sincèrement tous vos efforts pour obtenir plus rapidement les résultats de l’expertise demandée. Grâce à vous, nous avons gagné trois jours et les acheteurs pourront prendre possession de leur maison dans les délais voulus (élément très important pour eux). Vous avez sauvé notre transaction! »

Jean-Simon Roy, courtier immobilier, Royal LePage Humania Centre

« Même si je n’avais pas de test à vous faire effectuer, je voulais vous dire merci beaucoup d’avoir pris mon appel et le temps nécessaire pour bien m’informer sur le remblai certifié DB en matière de pyrite.  »

Julie Langlois, Montréal

« Je dois vous féliciter pour la qualité de votre travail, car on ne voit pas cela trop souvent de nos jours.  »

Jean Depatie, Saint-Bruno-de-Montarville

« Merci beaucoup pour le professionnalisme de toute votre équipe »

Michel H., estimateur – Isolation Mongrain

Principales zones desservies par nos experts en pyrite

Rive-Nord de Montréal

Nous desservons la Couronne Nord, notamment Laval, Mascouche, Terrebonne, Mirabel, Saint-Jérôme, Le Gardeur, Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Pointe-Calumet, Saint-Joseph-du-Lac, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Blainville, Boisbriand, Bois-des-Filion, Lorraine, Rosemère, Sainte-Anne-des-Plaines, Sainte-Thérèse, Charlemagne, L’Assomption, Repentigny, Saint-Sulpice et L’Épiphanie.

Ville de Montréal

Nous desservons la grande ville de Montréal, notamment les arrondissements suivants : Ahuntsic-Cartierville, Anjou, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Lachine, LaSalle, Le Plateau-Mont-Royal, Le Sud-Ouest, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Nord, Outremont, Pierrefonds-Roxboro, Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Rosemont–La Petite-Patrie, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Verdun, Ville-Marie et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Rive-Sud de Montréal

Nous desservons la une grande portion de la Montérégie, notamment Longueuil, Greenfield Park, Saint-Hubert, Brossard, Belœil, Boucherville, Candiac, Carignan, Chambly, Châteauguay, Delson, La Prairie, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Basile-le-Grand, Saint-Bruno-de-Montarville, Sainte-Catherine, Saint-Constant, Saint-Isidore, Sainte-Julie, Saint-Lambert, Saint-Philippe, Saint-Jean-sur-Richelieu et Varennes.